Concert de Hard Croc...

0,00 € TTC
Quantité

  • Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance") Garanties sécurité (à modifier dans le module "Réassurance")
  • Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance") Politique de livraison (à modifier dans le module "Réassurance")
  • Politique retours (à modifier dans le module "Réassurance") Politique retours (à modifier dans le module "Réassurance")
La lettre que nous avons envoyée ce mois-ci au ministère de la santé, qui est reproduite dans ce numéro, témoigne d'une inquiétude et d'une note d'amertume sur laquelle nous laisse cette fin de quinquenat à propos du funéraire. La tonalité dominante des dernières années ? une opacité des mécanismes de décision qui débouche sur un bilan dont vous resterez seuls juges : - Un décret d'août 2002 relatif aux transports avant mise en bière qui a compliqué le travail des états civils et des professionnels funéraires, contrairement au but recherché. - Un dossier sensible, celui de la liste des maladies contagieuses, invalidé par le Conseil d'Etat et laissé pour compte depuis désormais huit ans. - Un dialogue qui n'existe plus entre les thanatopracteurs et le ministère de la santé et des produits à base de formol sacrifiés sur l'autel de l'Europe. - Un CNOF désaprouvé en 2005 par une ordonnance autoritaire à propos du statut des espaces cinéraires. - Un sénateur, Jean-Pierre Sueur, qui n'a trouvé face à ses propositions qu'une timide résistance du gouvernement alors que sa méthode appliquée aux contrats obsèques en 2004 et au statut des cendres en 2006 méritait un vrai débat. Comme si le funéraire était une chasse gardée dans laquelle les principaux concernés n'ont plus la parole. - Une multitude de questions parlementaires qui sont traitées superficiellement comme des parties stériles de ping-pong alors que les dossiers importants trainent en longueur (rappelez-vous de la sourde oreille aux questions sur les contrats obsèques ou sur le diplôme de thanatopracteur). - Une simplification du droit funéraire et l'abaissement du taux de TVA relégués aux oubliettes. - Des fonctionnaires en charge du dossier funéraire mutés chaque fois au moment qui précède les prises importantes de décision. Alors dans ce contexte général, constater l'atonie politique dans la préparation du secteur funéraire face à la probable pandémie de grippe aviaire, c'est trop, beaucoup trop. Si tant est que les présidentiables se rappellent de l'existence de la filière funéraire, puissent- ils faire en sorte qu'à l'avenir les professionnels soient vraiment respectés au delà des services de champagne et des petits fours...
173
999 Produits

Fiche technique

Numéro du produit
Type de produit
Genre du produit
Date du produit
Durée d'abonnement
Numéro en cours
N°311
05/2022
FEUILLETER SOMMAIRE VERSION PAPIER VERSION NUM.