éditorial

De gallica bello

Quelque vingt siècles après la guerre des Gaules, nous vivons dans le funéraire une ambiance ressemblant à la situation décrite par César. Stratège émérite, ce dernier était également un remarquable écrivain consignant chaque soir les évènements et ses pensées du jour. Par lui il nous est possible de reconnaître le fil de pensée qui nous relie à nos ancêtres gaulois, lesquels étaient très divisés quant à l’attitude à réserver face à la poussée d’influence des Romains.

De fait, la Gaule était composée de tribus indépendantes mais partageant  une langue, une culture et des intérêts communs. Certaines étaient plutôt pour la solution de se placer sous protection romaine avec avantages commerciaux à la clé, d’autres ont choisi à un moment d’en découdre avec un envahisseur jugé intrusif et abusif.

Comparez ensuite civilisation gauloise et culture de filière funéraire, poussée des contrats obsèques et montée en puissance des légions sur notre sol et voilà désormais planté le décor de la situation actuelle.

Pour la révolte gauloise, tout a commencé par une réunion dans la forêt des Carnutes, non loin du Mans où se sont rassemblés ce mois d’avril les premiers opérateurs funéraires ralliés à la cause d’un nouveau réseau : le GOFI. Nous relatons dans ce numéro la teneur de cette réunion fondatrice (voir page 30).

20 siècles plutôt, un certain Vercingétorix, neveu du Vergobret (magistrat suprême nommé par les Druides), s’est engagé dans la réunion forestière près du Mans à rallier à la cause insurrectionnelle sa nation Arverne. La suite de l’affaire est connue : les Arvernes et presque tous les Gaulois l’ont ensuite suivi. La fameuse victoire de Gergovie fut symbolique mais pas décisive.

L’analyse d’Alésia est en revanche plus instructive vis-à-vis du GOFI car l’enfermement puis l’encerclement de l’armée gauloise dans l’oppidum résulte essentiellement du fait que trop confiant dans l’avantage numérique des siens, Vercingétorix a cru pouvoir mener en plaine des guerriers gaulois avec la discipline qui était celle de légionnaires prêts à mourir pour leur Imperator.

Je vous fais grâce des comparaisons qui pourraient être faites entre les tribus de jadis et la localisation des forces commerciales funéraires actuelles sur notre territoire. La seule question qui vaille réellement d’être soulevée consiste à se demander : quelle est la vocation et l’identité de chaque opérateur ?

Si Vercingétorix ne s’était pas pris pour un chef de légions, l’histoire aurait été toute différente.

Si les PME se prennent pour un groupe structuré, alors il faut craindre qu’elles soient un jour assiégées dans un Alésia du funéraire.

La base de compréhension d’un contrat obsèques est très simple : quelqu’un vient un jour confier de l’argent pour qu’en toute confiance ses funérailles soient financées. Cette mission est supérieure à un engagement commercial, elle relève du domaine le plus intime et le plus sacré. Mais pour qu’il en soit ainsi, il faut que l’engagement financier se traduise par l’exécution d’une mission dont la surveillance relève d’une compétence située au-dessus de tout soupçon. Autrement dit, il ne faut pas que la main qui donne soit aussi celle qui reçoit. Un tel principe se conçoit bien avec le médecin qui ne peut pas être pharmacien. Appliquons-le au funéraire.

L’organisme financier ne doit pas être opérateur funéraire, c’est une première évidence.

La même volonté de transparence impose que l’opérateur funéraire organisant les funérailles ne soit pas aussi celui qui est censé le surveiller, directement ou indirectement par complicité d’un tiers.

Enfin, la main qui donne ne doit pas être celle qui reçoit par voie d’intéressements, commissionnements, etc, situation qui met conjointement en cause l’assureur qui donne, l’organisateur qui reçoit et rétrocède, en retour et parfois dans l’opacité, soit à la plateforme d’assistance, soit à l’assureur par voie détournée (prestations gratuites, gestion non rémunérée, participation aux frais commerciaux, etc).

La conclusion de ce jour, c’est Jean-Pierre Sueur qui l’a donnée sur France Inter : 90 % des contrats obsèques, selon lui, seraient illégaux. Et depuis des années, j’affirme de mon côté que l’article L 2223-33 du CGCT interdit toute prise d’intérêt funéraire débordant le périmètre d’une simple opération financière. La solution technique est simple : le contrat obsèques similaire au chèque restaurant et la liberté de choix de l’opérateur laissée aux familles, sans autre rémunération d’assistance que celle payée librement et consciemment par le souscripteur lui-même.

Dura lex sed Lex…

Lire la suite

ecoplus, paris, santilly

pompes funèbres : pari sur Paris

Ecoplus Funéraire vient de poser un premier pas dans la capitale avec l’ouverture d’un magasin dans le 18ème arrondissement par les établissements Santilly. C’est une première pour ces derniers dont les établissements se situaient jusqu’ici dans la banlieue parisienne (Oise,Val d’Oise, Seine St Denis et Hauts de Seine) et c’est le neuvième des établissements de l’entreprise. Pour Baptiste Santilly, qui prendra la suite de ses parents, actuels dirigeants, Ecoplus Funéraire a son mot à dire dans la capitale et ne s’en tiendra probablement pas là. 

Commander

carrier, feige, renaud, vitalone

Capitons : l’exploit au quotidien

Franck et Tony Vitalone entretiennent la spécificité de Carrier Feige Renaud qui sait répondre à toutes les exigences dans les meilleurs délais en frisant chaque journée l’exploit. L’organisation de l’entreprise combine technologie, formation maison, science logistique, souplesse et polyvalence du personnel, créativité et le tout soutenu par une expérience acquise depuis des décennies de production. C’est cette curieuse aptitude à fournir autant de grandes quantités que de petites commandes spécifiques que nous sommes venus découvrir dans ses modalités pratiques.

Commander

acanterra, sidobre, monument, granit, carrière, montredon, senegas

Monuments funéraires : trilogie de granitiers créatifs

Le groupement professionnel tarnais Acanterra, créé en 2006, a fêté ses 10 ans de participation consécutive (soit six éditions) au Salon Funéraire du Bourget. Stand incontournable du secteur des monuments funéraires, ces modèles estampillés “made in France”, se distinguent par un sens profond de modernité, d’esthétisme et d’une symbolique recherchée. Nous avons visité, dans le Sidobre, les “chantiers” des trois membres (Ateliers de Montredon, Granits Carrière et Fils et Josian Sénégas) et avons rencontré Arnaud Doat, designer castrais, qui travaille à l’élaboration des nouveaux monuments et au développement de la gamme.

Commander

Maison, obsèques, réseau, mutuelle, dauber, saint-maixent

Pompes funèbres : identité nouvelle sur le marché

Le réseau funéraire mutualiste La Maison des Obsèques a inauguré en mars son premier point de vente-chambre funéraire conçu selon sa propre identité. Il s’agit de la nouvelle implantation des pompes funèbres Dauger à Saint-Maixent-l’Ecole dans les Deux Sèvres. L’établissement s’affirme avec un nouveau mode d’accueil des familles qui se décline ensuite par la disposition de locaux se voulant en phase avec les besoins les plus actuels des endeuillés.  A découvrir donc…

Commander

cognac, salle, cérémonie, républicaine

Cimetière et marbrerie : une dotation pour tous

Sans attendre la proposition de loi adoptée en novembre 2016 par l’Assemblée Nationale à propos des funérailles républicaines, la municipalité de Cognac avait prévu la création d’une salle dédiée aux cérémonies civiles dans son programme municipal lors des élections de 2008. Cette loi qui date de la dernière législature n’a pas abouti en lecture au Sénat mais le projet sur Cognac progresse avec assurance. Il sera finalisé normalement à la fin 2018.

Commander

gofi, contrats, obsèques, groupement, indépendant, Le Mans

Contrats obsèques : les indépendants se coalisent

Les PME indépendantes de pompes funèbres, autonomes dans leurs décisions, dans leur gestion et dans leur propriété, sont appelées à rejoindre un nouveau groupement : le GOFI. L’objectif est de créer une réponse alternative aux groupes en réseau sur le territoire français tels qu’OGF, Funécap, La Maison des Obsèques et Le Choix Funéraire pour que l’entreprise totalement indépendante ne soit pas oubliée par l’amont financier et par les plateformes d’assistance dès qu’il est question d’organiser des funérailles préalablement financées. Le GOFI s’est structuré en GIE avec un siège social, un Conseil d’administration, un Directeur Général avec secrétariat et un Conseil des sages. Le tout tenait une conférence de presse fondatrice le 25 avril au Mans.

Commander

dossier, salon, funéraire, corbillard

Le corbillard : un achat identitaire

Le professionnel funéraire s’attache personnellement à son corbillard comme s’il était complice d’identité. Ce véhicule incarne une histoire collective, partagée par les membres des équipages de cérémonie. C’est probablement en fonction de ce rapport intime entre les hommes et leur véhicule que l’acte d’achat est toujours précédé d’une profonde réflexion ou d’une intuitive envie. Car une fois le bon de commande signé, c’est une histoire qui commence et qui ne se terminera que plusieurs années après D’où la nécessité du coup de cœur préalable qui s’illustrait dans l’attitude des visiteurs au salon Funéraire Paris 2017…

Commander

droit, licenciement, directeur, marbrerie, prud'homme

Droit du travail : licencier un directeur de marbrerie funéraire

Sans préjudice de conservation d’anonymat dans cette affaire, voici la grosse d’un jugement en appel qui a infirmé un jugement prud’hommal ayant tout d’abord profité à l’entreprise. Comment déterminer si le salarié travaillait sous statut de cadre dirigeant ? Comment valider une faute grave, disciplinaire ou une cause sérieuse de licenciement ? Un préavis est-il dû ? La durée de mise à pied doit-elle être rémunérée ? Faut-il payer des heures supplémentaires ? Indemniser le droit individuel à la formation ? La Cour d’Appel est ici très pédagogue…

Commander

Législation, habilitation, crémation, taxe, convoi, sépulture, médico-légal

Législation

- Contrats obsèques/habilitation : est-il indispensable d’être habilité par le préfet pour présenter des contrats obsèques ?

- Crémation/formulation et légalité de la demande

- Taxes sur convoi/départ direct du défunt

- Mode de sépulture autorisé

- Problème médico-légal/admission en chambre funéraire

Commander

brèves, funexpo, cerveau, crémation, exotisme, bomberais, franchise, social

brèves

- Salon Funexpo à Eurexpo Lyon en novembre

- Survie du cerveau : reprise des expériences

- Crémation en France : nouvelles tous azimuts

- Exotisme : particularités funéraires

- La Rochelle : le Bolbécais a frappé

- Franchise : une nouvelle enseigne

- Social : six jours d’attente à domicile

- Agenda 2018

Commander
Numéro en cours
N°315
01/2023
FEUILLETER SOMMAIRE VERSION PAPIER VERSION NUM.